Race de chiens « dangereux » à autoriser

Auteur
GuiPer
Statut
Déposé
Chaîne
Politicien-ne-s

Commentaires

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Gonzalez jeu 13/05/2021 - 19:11

Je suis tout a fait d accord avec ce projet car tous les chiens et maitres devraient recevoir des cours d educations canines. La cynologie n est pas une science infuse.

Nazeri Abdullah ven 14/05/2021 - 16:40

Je suis tout à fait d’accord et soutiens ce projet tout à fait honorable. En effet, il n’y a pas de mauvais chiens, il n’y a que des mauvais maîtres. Tant que ces futurs maîtres-chiens sont bien formés et prêts à accueil leur nouveau-elle chien-nne, il n’y aura aucun souci à cet effet. J’espère sincèrement que ce projet fera aboutir à l’autorisation de l’adoption de cette liste de race. Cordialement ! Bisou

Matteo Garcia ven 14/05/2021 - 16:43

Que des mauvais maîtres, pas de mauvais chiens

Description du souhait

Race de chiens « dangereux » à autoriser

Introduction

Actuellement, certaines lois ont été appliqué pour bannir des races de chiens jugées dangereuses. Nous pensons que ce n’est pas nécessaire de les bannir mais au contraire d’apprendre à les éduquer correctement grâce à des mesures spécialisé pour les propriétaires de ces chiens.

Arguments du projet

Premièrement, ce souhait s’appliquerait au niveau national de la Suisse. Ce projet a pour but de normaliser toutes les races canines malgré certains accidents connus. Il y a quinze races de chiens interdit en Suisse : l'Am'staff, le Boerbull, le Cane corso, le Dogue argentin, le Fila brasileiro, le Mastiff, le Mâtin espagnol, le Mâtin napolitain, le Pitbull, le Presa canerio, le Rottweiler et le Tosa, Le dogue de Bordeaux, le bullmastiff et le thaï ridgeback dog. Cette liste est en place depuis le fameux drame d'un bambin, défiguré par un pitbull au parc La Grange (Genève) en août 2006, avait particulièrement ému l'opinion publique.

Deuxièmement, nous mettons en place ce projet, afin de ne pas dénigrer certaines races de chiens mais pour les rendre autorisée en Suisse mais avec des autorisations mise en place par la confédération. Nous pensons que pour ces races bien spécifiques on pourrait mettre en place un système de permis canins qui dura un tel nombre d’heures de cours proposées par des professionnels canins, composés de cours spécifiques afin d’apprendre à maitriser totalement le caractère et la personnalité afin d’éduquer parfaitement depuis tout petit le chien en question. Les propriétaires pourraient possédés ces permis que s’ils ont atteint 23 ans et ont un casier judiciaire vierge.

Troisièmement, nous voulons imposer un système de contrôle surprise qui nous permettra de suivre l’éducation du chien en toute honnêteté et pourquoi pas en flagrant délits. En effet, si les propriétaires ne suivent pas les cours qu’ils ont dû suivre pour acquérir ces chiens. Les conséquences seraient très sévères. Nous estimons ces conséquences (sans expérience dans le domaine judiciaire) au retrait du permis et de la garde du chien ou encore des amendes et même dans certains cas considérer comme très grave, une peine de prison ou de sursis (à voir les conséquences avec le tribunal fédéral).

Les motivations

En conclusion, nous sommes motivés à instaurer ce projet car, nous sommes passionnés par les chiens et nous voulons normaliser ces races de chiens au niveau national parce que c’est un sujet très flou. En effet, les cantons ne sont pas en accord par rapport à quelle race bannir dans leur canton. Nous pensons que si ces chiens sont très bien éduqués depuis leur naissance, ils seront très agréables dans la vie de tous les jours et acceptés en Suisse.

Le but de ce projet est de pouvoir donner la chance à ces animaux de vivre à nos côtés en toute sécurité et en toute légalité au niveau national.

Analyse des pays voisins

Nous avons fait des comparaisons avec nos pays voisins et nous avons remarqué qu’en France, ils ont divisé les nombreuses races dites « dangereuses » en deux catégories. Nous constatons que c’est une bonne idée mais voulons la modifier à notre manière en faisant deux catégories de permis suivant la dangerosité reconnue de l’animal. La catégorie A (Permis canins A) serait les chiens les plus difficiles à éduqué et serait la plus approfondie en heures de cours. La catégorie B (Permis canins B) serait un poil canin moins exigeant et plus court au niveau des heures de cours mais tout autant efficace.

Catégorie A

l’Am’staff, le Boerbull, le Pitbull, le Presa canerio, le Rottweiler,
le Tosa, le dogue de Bordeaux, le thaï ridgeback dog

Casier judiciaire vierge, +25 ans, 32 heures de cours

Permis Canin A

Catégorie B

le Cane corso, le Dogue argentin, le Fila brasileiro, le Mastiff,
le Mâtin espagnol, le Mâtin napolitain, le bullmastiff

Casier judiciaire vierge, +18 ans, 18 heures de cours

Permis Canin B

Motivation

Nous sommes motivés à instaurer ce projet car, nous sommes passionnés par les chiens et nous voulons normaliser ces races de chiens au niveau national parce que c’est un sujet très flou. En effet, les cantons ne sont pas en accord par rapport à quelle race bannir dans leur canton. Nous pensons que si ces chiens sont très bien éduqués depuis leur naissance, ils seront très agréables dans la vie de tous les jours et acceptés en Suisse.

Timeline

11.03.21

Souhait reçu.