Politique d’asile conséquente

Auteur
Mirja Mätzener
Statut
en cours
Chaîne
Politicien-ne-s

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Description du souhait

Les requérants d’asile ont besoin d’aide et doivent être pris en charge.

Motivation

On leur donne ce dont ils ont besoin. Au début, tous les requérants d’asile sont informés des lois en vigueur en Suisse. Toute personne qui commet des actes criminels devrait être expulsée plus rapidement que ce n’est le cas aujourd’hui. Ils ne seront plus autorisés à entrer en Suisse à l’avenir ! Les requérants d’asile délinquants doivent donc déposer leurs données biométriques (p. ex. empreintes digitales) dans une base de données. Dans le cas contraire, il n’est pas possible de garantir une identification univoque. Les requérants d’asile qui respectent le droit suisse peuvent rester en Suisse et peuvent, par exemple, être soutenus par des cours de savoir-faire. Dès que la situation dans leur pays d’origine s’améliore, tous les requérants d’asile doivent quitter le pays (aussi bien intégrés soient-ils). Cette démarche permet d’éviter l’entrée permanente par le biais du statut de réfugié. Les cours de savoir-faire mentionnés ci-dessus transforment cependant d’anciens réfugiés en de précieux rapatriés dans leur pays d’origine. Après une guerre, leurs connaissances peuvent être très utiles pour la reconstruction. En cas de crise prolongée dans leur pays d’origine, les requérants d’asile doivent également pouvoir travailler en Suisse. Mais eux aussi (aussi bien intégrés soient-ils) doivent quitter la Suisse le moment venu. Les anciens réfugiés qui ne sont pas délinquants et qui se sont également intégrés peuvent bien entendu demander un permis de séjour normal pour la Suisse après leur voyage de retour.

Timeline

13.06.19

Souhait reçu.